Le système de musique DODEKA

Anglais / Français


DODEKA, une notation musicale alternative


DODEKA introduit un système de musique alternatif qui simplifie l'expression créative de la musique. Le système intègre à sa base la gamme chromatique, considérant les douze demi tons qui la compose en tant que notes de musique à part entières.

La portée DODEKA


La création d’une écriture musicale a pour objectif de présenter la position des notes avec le maximum de clarté.
L’un des principaux dé s à relever avec une nouvelle méthode est de trouver un concept graphique qui permette de présenter de manière précise les douze demi-tons de la gamme chromatique.

DODEKA_portee-dodekaFR

Après différentes recherches, il s’est avéré que le système le plus efficace consistait à afficher les notes sur une portée de quatre lignes seulement. Pour compenser le nombre restreint de lignes les notes se positionnent selon quatre variantes: sur la ligne: (Do-Mi-Pi); au-dessus de la ligne (Ka-Fa-La); en-dessous de la ligne (To-Sol-Si); et entre les lignes (Re-Hu-Ve).

DODEKA_gamme-chromatique-porteeFR

Avec cette disposition, la lecture de la position de chaque note est très facile et permet avantageusement de placer une octave complète dans l’échelle des quatre lignes. Cet arrangement apporte un avantage conséquent sur le système traditionnel qui écrit les notes sur une portée de cinq lignes. Avec ce nombre impair, les notes ne gardent pas leurs positions car les notes « Do » sont alternativement sur une ligne ou entre deux lignes. Cette inversion continuelle des positions entame fortement la clarté de la lecture. Dans la notation DODEKA, chaque note garde sa position, et ceci dans toutes les octaves.

DODEKA_note-DOFR

Avec DODEKA chaque note garde sa position et ce dans toutes les octaves. Lire une partition de musique n'a jamais été aussi facile!


Comparaison entre le système de musique actuelle et DODEKA



Le système de musique traditionnel


Traditional Chromatic Scale

Cette méthode issue des cultures musicales anciennes valorise artificiellement certaines notes en valorisant une tonalité et une harmonie. Initialement, seules les notes Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Do étaient présentes. Par la suite on a rajouté le Si et créé des signes qui permettent de trouver les notes « oubliées » (dièses ou bémols).
Ce système a créé des aberrations : Un Mi dièse est un Fa, un Fa bémol est un Mi, un Si dièse est un Do, un Do bémol est un Si !!!. De plus, chaque note «oubliée» peut être désignée de deux manières. Un Do dièse peut aussi être indiqué sous la forme d’un Ré bémol. Par conséquence, les douze tons de la gamme chromatique génèrent plus de 24 signes différents! (32 formes si on ajoute encore le signe «bécarre» qui annule les dièses et les bémols). En combinant les différents signes on peut créer des milliers de versions graphique de la gamme chromatique (et de tout autre morceau de musique!). L’illustration ci-dessus est donc l’une des versions parmi d’autres de la gamme de base utilisée pour faire de la musique.


Le système de musique DODEKA

DODEKA Scale

Ce nouveau système d’écriture musical considère toutes les notes sans favoriser de mélodie ou de tonalité. Pour cela, il attribue un nom spéci que aux notes oubliées. La progression des demi-tons est limpide. Il n’y a plus de dièse ou de bémol et une seule manière d’écrire chaque note.
La gamme DODEKA reprend les noms des notes existantes et donne un nouveau nom à celles qui n’en n’ont pas. Elle se présente selon la suite des noms suivants :
DO – KA - RÉ - TO – MI – FA – HU – SO(l) - PI – LA – VÈ – SI – DO


Comparaison: happy birthday

Drag the handle to the left to reveal the way the first verse of this famous song is written in the DODEKA language.

Une large palette musicale


Pour couvrir une plage tonale conséquente, il est possible de prolonger les modules de quatre lignes. Ceux-ci peuvent s’ajouter à loisir en gardant une grande clarté.

Exemples de portées sur des modules de quatre et six octaves. La notation permet aussi l’ajout de fragments de lignes supplémentaires pour élargir temporairement l’espace musical.
Avec ce système graphique, un Do sera toujours sur sa ligne et donc rapidement identifiable. L’ajout de ligne permet d’étendre à l’in ni l’espace sonore, il n’est donc plus nécessaire d’avoir des gammes avec une présentation spéciale pour les tonalités plus basses (comme par exemple la gamme de Fa).
Chaque note a sa place et la plage musicale des partitions DODEKA permet de couvrir facilement tout l’éventail des instruments d’un orchestre symphonique.
Une telle cohérence facilite grandement l’apprentissage de la musique.

DODEKA Additional Line Module

Cette notation graphique permet d'ajouter des modules de lines additionnelles afin d'élargir l'espace musical de manière temporaire.

La gamme chromatique DODEKA


DODEKA_nouveau-codeFR

Afin de renommer les notes traditionnellement oubliées, le système DODEKA propose les notes suivantes: KA (Do#), To (Ré#), Hu (Fa#), Pi (Sol#), et Ve (La#)



Gammes et harmonies


Comme nous l’avons vu précédemment, la méthode traditionnelle favorise une gamme au détriment des autres. Avec la méthode DODEKA, il n’y a pas de gammes favorisées; et sur un clavier modifié, toutes les notes se suivent. Le musicien doit donc commencer par apprendre à construire une gamme en partant de la gamme chromatique.

La gamme majeure


S’il désire jouer en majeur, il va devoir sélectionner les notes qui correspondent à cette harmonie. Cela consiste à produire les intervalles suivants :

DODEKA_gamme-majeure-clavierFR

Cette structure appliquée à la tonalité de Do correspond à l’écriture suivante:

DODEKA_gamme-majeureFR

Plus d'information sur le clavier DODEKA
ici


La gamme mineure


Si le musicien désire jouer selon des harmonies mineures, il devra reproduire les intervalles suivants:

DODEKA_gamme-mineur-clavierFR

Cette structure appliquée à la tonalité de Do correspond à l’écriture suivante.

DODEKA_gamme-mineureFR

Les tonalités et la transposition


L’un des avantages les plus impressionnants du système de musique DODEKA est sa capacité à s’affranchir des contraintes de tonalité.
Dans le système traditionnel, tout changement de tonalité est extrêmement laborieux, car il existe onze manières de jouer le même morceau de musique. Chaque changement de tonalité nécessite des calculs et une réécriture de la partition.
Comme nous l’avons vu, cela s’applique aussi aux gammes : ainsi il existe aussi 12 variantes de gammes majeures, 12 variantes de mineures, etc.

Les pianistes doivent donc constamment retravailler de nombreuses variantes de jeu et ceci uniquement pour maîtriser les gammes de base.


Cette situation aberrante disparaît totalement avec une base chromatique car une gamme ou un morceau de musique sera toujours le même et ceci dans tout l’éventail des tonalités.


Ainsi, il suffit d’apprendre une seule gamme majeure pour être capable de la jouer dans toutes les tonalités. L’enchaînement du doigté sera toujours semblable.
Par exemple, un morceau écrit en Do majeur pourra être joué en Mi en se déplaçant simplement d’une ligne.
Comme tous les espaces entre les notes sont semblables, la construction du jeu musical ne changera pas.

DODEKA_transcriptionFR

Une transposition claire


Comme le montre l’illustration, cette facilité de transposition s’applique aussi aux accords de notes.
L’accord en trois notes de type de Do majeur correspond aux intervalles suivants :
Ces mêmes intervalles appliqués dans la gamme chromatique formeront toujours des accords aux harmoniques semblables et ceci, quelle que soit la note de départ.
Ainsi en déplaçant la position des doigts d’une case on crée l’accord en Ka (Do dièse) présenté dans l’exemple mentionné sur la page ci-contre.


DODEKA Transposition Keyboard C Chord

En se déplaçant une nouvelle fois d’une case on augmente encore la valeur d’un demi ton et on crée l’accord de Ré majeur.

DODEKA Transposition Keyboard K Chord

On pourrait bien sûr poursuivre la démonstration sur toute l’étendue de la gamme, car cette loi s’applique à toutes les tonalités, à toutes les formes de gammes et à toutes les constructions harmoniques.

DODEKA Transposition Keyboard E Chord

Avec une telle simplicité, il devient même possible de lire une partition dans une tonalité et de la jouer dans une autre.


L'architecture de la musique


Le système DODEKA permet de mettre en évidence la structure réelle des accords. Ainsi avec ce système d’écriture, on apprend les intervalles propres aux différents accords. Ceux-ci sont ensuite applicables à toutes les tonalités.

Dans les partitions habituelles, les espaces entre les notes sont constamment modifiés par la position des notes. Un accord de même valeur a donc de nombreuses formes graphiques.

Mais cet illogisme disparaît avec la notation DODEKA. Le graphisme des notes retranscrit fidèlement les intervalles entre les notes. Cela permet de saisir la forme géométrique des intervalles qui séparent les notes. Puisque ces espaces sont conformes à la réalité sonore, il est possible de percevoir visuellement le type d’harmonie que l’assemblage des notes va produire.


Par exemple, la structure du célèbre accord majeur forme deux intervalles asymétriques. Et étonnamment, la variante d’un accord mineur de même tonalité forme, elle aussi deux intervalles asymétriques. Mais les écarts ne sont pas les même et la version en mineure abrite en quelque sorte le reflet inverse.

DODEKA_AccordsmajeursFR

Ainsi, la notation DODEKA permet de saisir les structures géométriques qui donnent du « caractère » aux accords musicaux.
Plusieurs accords ont une structure asymétrique (majeur, mineur), d’autres ont des intervalles symétriques (diminué, augmenté, m7), d’autres s’expriment selon un ensemble de notes séparées par les mêmes intervalles.
Cette vision graphique de la musique est très intéressante et permet de dévoiler les relations qui existent entre un ensemble de notes et leur capacité à transmettre des impressions dans notre psychisme.


Tableau des accords principaux (en Do)


Le système DODEKA transmet la vision structurelle de la musique que la notation habituelle avait malheureusement masquée.

DODEKA_AccordsFR
Avec l’habitude, il est possible de saisir globalement les différents accords sans avoir à déchiffrer chaque note.


Pour aller plus loin


Le système graphique de DODEKA nous permet de saisir que la musique est un jeu d’intervalles « mathématiques » entre deux axes. Le premier, l’axe vertical est celui des notes et des fréquences sonores. L’autre horizontal est celui du temps et des rythmes. Cette vision globale nous permet d’avancer l’hypothèse que les deux axes répondent aux mêmes lois et permettent de communiquer des impressions psychiques.
Ainsi, les intervalles d’un accord majeur peuvent aussi se reproduire dans une succession rythmique (asymétrique). Notes et cadences seraient deux espaces régis selon les mêmes règles et où on pourrait produire des constructions structurelles appréciées par notre cerveau.


La notation rythmique


Creating a new notational system provided the opportunity to revise the way music tempo was written.


L’élaboration d’une nouvelle notation musicale était aussi l’occasion d’apporter quelques modifications dans la façon d’écrire le tempo musical. Dans la méthode traditionnelle, la durée des notes est indiquée par des particularités graphiques. Ainsi les valeurs temporelles des croches sont indiquées par l’ajout de barres horizontales. Cela ne facilite pas la lecture et oblige le musicien à prendre garde simultanément à la position de la partie ronde de la note et à ce qui la surplombe. Dans des partitions complexes, ces deux zones visuelles sont difficiles à décrypter, d’autant plus que le musicien doit encore tenir compte des altérations : dièses, bémol et bécarres qui peuvent modifier la hauteur de la note.

Par ailleurs, le système traditionnel a aussi créé le principe de la notation pointée dans laquelle, le point qui succède à la note prolonge sa durée de la moitié de sa valeur. Avec ce principe, le point peut représenter le temps d’une croche, d’une noire, ou d’une blanche. Comme sa valeur est relative, il faut la calculer en court de lecture.

Tous ces éléments ne sont pas pratiques et offrent de nombreuses occasions de se tromper.



Une vision temporelle explicite


L’objectif du système DODEKA était de trouver un nouveau concept d’écriture rythmique qui permette de transcrire de façon claire et pratique la vision temporelle de la musique.

DODEKA_elements-temporellesFR

Selon toute logique, le moyen le plus simple d’indiquer la durée d’une note est de lui donner une taille horizontale proportionnelle à sa longueur. C’est de fait le système que l’on retrouve sur les programmes de notation informatiques.


Moins de poésie, plus de clarté



DODEKA Sheet Music

Assurément, sur un plan graphique, ce système est moins poétique que la version traditionnelle qui remplit les partitions de petits signes au-dessus des notes. Cependant, l’important c’est de simplifier la lecture et la nouvelle notation permet de percevoir directement la durée de la note au sein d’une échelle temporelle claire.

Ainsi, il est très facile de comprendre qu’il faut jouer deux croches pendant la durée d’une noire de plus, la valeur variable du point disparaît au profit d’une indication précise de chaque temps.

DODEKA Punctuation Sheet Music

Dans la pratique, il suffit de regarder une note pour connaître simultanément sa valeur et sa durée. Cela facilite grandement l’apprentissage du solfège car les interactions entre les notes et les temps musicaux deviennent évidentes.


Une échelle temporelle variable


Dans certains cas, cette notation linéaire peut allonger la longueur des partitions qui abritent de grandes séquences musicales avec de longs tempos (partitions pour orchestres).
Pour tenir compte de cet aspect, le système de notation DODEKA comprend deux moyens. Le premier permet de compresser la durée des longues notes avec la notation en « blanches» . Cette valeur augmente la durée des notes en doublant leur tempo.


La deuxième solution consiste à indiquer le passage à une nouvelle échelle temporelle en cours de lecture. Cette annotation redéfinit la valeur temporelle des notes. Par exemple, elle permet de faire passer la durée des « blanches » sur des « croches ».


Il est amusant de découvrir que la manière d’écrire la musique de la méthode DODEKA se retrouve dans certaines interfaces de programme informatiques musicaux. En 1980, lorsque cette nouvelle méthode a été créée, l’informatique musicale était dans ses balbutiements et il n’existait pas de moyen d’afficher les partitions. Par la suite, les technologies ont permis d’utiliser l’ordinateur pour composer et comme « séquenceur ».

Dans ce genre de programme, la position et la valeur de chaque note doit permettre d’indiquer la hauteur de la note et sa longueur temporelle. Cette exigence a conduit plusieurs programmateurs à présenter la notation sur une grille à base chromatique.


Les convergences entre le système DODEKA et les interfaces des programmes musicaux modernes démontrent que cette nouvelle écriture « colle » à la réalité physique de la musique et qu’elle permet de la présenter avec une meilleure clarté.



'Bourrées', de Jean-Sebastien Bach


DODEKA_Bach-Music Sheet

La partition ci-dessus est une transcription sur le système DODEKA d’une petite composition de Jean-Sébastien Bach « Bourrées ».
Ce morceau bien connu comporte plusieurs notes « oubliées » qui sortent de la gamme normale en Do majeur.
Dans la méthode traditionnelle, ces notes doivent donc être désignées par l’ajout de diverses altérations telles que des dièses ou des bémols.
Mais ce n’est pas le cas avec le système DODEKA qui indique clairement la position des notes. Le graphisme permet de visualiser facilement les espaces sonores de la mélodie. Sur un clavier DODEKA un musicien novice pourra situer sans difficulté la position des notes et les jouer très rapidement.

Précision tonale:


Note pour experts: DODEKA a la capacité de définir la tonalité avec une précision accrue. Découvrez comment ici.



DODEKA
Copyrights © 2016 DODEKA, all rights reserved.